coquelicots-bleuets-pastel

Réaliser une étude de couleurs aux pastels [Article-vidéo invité]

Bonjour à tous ! La vidéo de la semaine est toute spéciale aujourd’hui, car exceptionnellement je cède ma place à Etienne Delvarre, artiste-peintre et auteur du blog techniques-de-peintre.fr. Sur son blog tout jeune, Etienne délivre ses meilleurs conseils pour progresser dans la création de peintures sur toile notamment en utilisant la technique de l’aérographe, et je vous encourage bien-sûr à le visiter 🙂

Personnellement, j’adooooore le rendu de l’aérographe et je prévois de tester ce merveilleux outil lorsque j’aurais déménagé et que j’aurai une pièce dédiée à mon art (si je fais ça dans mon salon, gare aux tâches !). Mais trêve de blablas, je vous laisse avec mon nouvel ami Etienne dont je suis ravie d’avoir fais la connaissance. Je suis certaine que vous allez adorer sa vidéo et son superbe tableau !

Bonjour à vous, les lecteurs du blog de Cindy !

Comme vous le remarquerez très vite, cet article est un peu particulier puisque vous n’y trouverez aucuns portraits d’animaux
À la place vous y cueillerez des fleurs… Vous aimez aussi les fleurs. Non ?

Mais je tiens à rassurer tous les fans de pastel sec car c’est précisément au pastel sec que je réalise la plupart de mes études de couleurs avant de peindre un tableau.

Ce que je vais vous montrer maintenant, c’est la méthode la plus simple que j’utilise et qui peut vous servir à vous aussi, peu importe que vous pratiquiez la peinture acrylique, la peinture à l’huile ou tout autre technique de mise en couleur.

C’est avant tout une méthode de progression qui part de l’idée d’un tableau et qui permet de cheminer pas à pas  jusqu’à la réalisation de l’œuvre finale.

POURQUOI UTILISER LE PASTEL SEC AVANT DE SE LANCER

Beaucoup de personnes ont peur d’échouer un tableau avant même de commencer à le peindre, notamment à cause de la mise en couleur
C’est dommage car je constate que c’est un vrai frein à leur création artistique.

Les pastels secs (en particulier les crayons pastel) permettent de poser rapidement des couleurs sur un bloc de croquis sans avoir à mettre en œuvre de grands moyens.
C’est pourquoi ils sont pour moi l’outil idéal lorsqu’il s’agit de faire une rapide étude de couleurs.

Je conseille toujours de faire une étude de couleurs avant de se lancer dans la réalisation d’une peinture en grand format, cela permet de ne pas partir « au hasard » et de maîtriser les étapes même si votre idée évolue en cours de route.

Certains disent que la technique du pastel se situe à mi-chemin entre celle du dessin et celle de la peinture.  Je trouve que c’est vrai !
En tout cas, c’est un vrai plaisir de travailler cette matière douce, sans instruments intermédiaires et qui permet le contact direct avec son travail.

Voyons donc maintenant comment tirer parti de cet instrument ancestral…

Je vous ai préparé une petite vidéo qui vous montre un exemple. C’est une étude de couleurs réalisée pour un tableau de coquelicots et de bleuets. Ce tableau a ensuite été réalisé en peinture acrylique, à l’aérographe et au pinceau, au format : 100 x 81 cm

(vidéo)

VOICI LA LISTE DU MATÉRIEL UTILISÉ :

  • un bloc de croquis Canson 30 x 30 cm
  • un feutre fin noir  Faber castell  de taille « F »
  • des crayons de pastels secs « Carb Othello » de chez Stabilo
  • une gomme électrique

 

CROQUIS PRÉPARATOIRES AVANT L’ÉTUDE DES COULEURS

Je commence généralement une composition par des croquis préparatoires au feutre fin noir avec des images ou des photos de référence que je redessine dans un style simplifié.

dessin coquelicots

Avec l’ensemble de ses croquis, je réalise une composition qui sera la maquette en noir et blanc de mon tableau.

maquette-noir-et-blanc

C’est sur cette maquette en noir et blanc que je vais faire mon étude de couleurs.

Mais avant de me lancer, je réalise d’abord sur une feuille de croquis ce que j’appelle un mini-tableau.

LE MINI-TABLEAU

Il s’agit en fait d’un tableau miniature qui me donne une vision globale et me permet de voir rapidement si les couleurs fonctionnent bien entre elles.

Pour cela je m’aide encore des images de référence qui m’ont servi précédemment ou bien j’utilise d’autres accords de couleurs qui me plaisent.

Il ne faut pas hésiter à réaliser plusieurs études pour une même composition et voir celle qui fonctionne le mieux.

tableau coquelicots

LA COLORISATION DE LA MAQUETTE

Une fois que je trouve le résultat satisfaisant, je réutilise les mêmes crayons pastel pour coloriser ma maquette en noir et blanc.

C’est aussi le moment de donner plus de détails, par exemple les nuages de l’arrière-plan.

etude-2-coquelicots-bleuets

Ce qui est agréable avec les pastels secs, c’est de pouvoir superposer des couleurs de les estomper avec le doigt et d’obtenir des dégradés subtils assez facilement.

J’ai toujours sous les yeux mon tableau miniature comme référence ce qui ne m’empêche pas d’apporter plus de contraste si le besoin s’en fait sentir.

etude-3-coquelicots-bleuets

Pour ce tableau je cherche à obtenir un effet photographique avec un arrière-plan flou et un sujet qui se détache très nettement par devant.

Je laisse volontairement certaines zones blanches du papier pour pouvoir inclure, par la suite, les coquelicots rouges assez flous dans l’arrière-plan.

Ce qui est intéressant avec ce procédé c’est que même à ce stade du travail si l’on se rend compte que quelque chose ne convient pas, il suffit de refaire son dessin, cela évite de perdre du temps, de la peinture et de la toile.

En cours de réalisation, les photos et les images de référence peuvent toujours me servir, mais je fais attention de ne pas entrer dans les détails parce que je préfère les réserver à l’œuvre finale.


etude-4-coquelicots-bleuets

L’IDÉE DU TABLEAU SE PRÉCISE

Vous voyez qu’avec cette méthode c’est l’idée du tableau final qui se précise étape par étape, assez facilement en apportant toujours un peu plus de détails au fur et à mesure de la progression.

Les éléments les plus sombres et les plus foncés du tableau comme les tiges des coquelicots permettent de donner du contraste et je les garde pour la fin.

La gomme électrique est un outil intéressant pour enlever un peu de pastel, retrouver le blanc du papier d’une manière précise pour donner des touches de lumière.

pastel coquelicots

Voici la maquette finale qui m’a permis de réaliser le tableau ci-dessous, en peinture acrylique, à l’aérographe et au pinceau.

tableau coquelicots bleuets

La technique de l’aérographe a un rendu assez proche de celui du pastel sec, avec elle, on peut tout autant jouer sur les « nets » et les « flous ». C’est pour cette raison que je les aime toutes deux.

Si vous désirez en savoir plus sur l’aérographe, je vous invite à consulter l’article que j’ai écrit et qui lui est consacré : L’aérographe, l’outil qu’il vous faut !

Ou encore visionner cette vidéo de démonstration dans laquelle je vous montre les étapes de création de deux petits tableaux peints à l’aérographe, avec des commentaires sous-titrés ainsi que la liste du matériel utilisé.

airbrush-technique

J’espère que cet article et cette vidéo vous auront inspirés et que cette simple méthode vous permettra, à votre tour, de travailler avec confiance du croquis jusqu’à la réalisation de vos propres tableaux.

Je remercie Cindy de m’avoir invité sur son blog et vous invite à mon tour à suivre tous les bons conseils qu’elle y publie généreusement en partageant sa passion dans le but de vous faire progresser.

À très bientôt

Etienne Delvarre

9 Commentaires sur : Réaliser une étude de couleurs aux pastels [Article-vidéo invité]
    • Jacky
    • 29 octobre 2015
    Répondre

    Ouah !!!! Impressionnant ! C’est magnifique
    Bravo

    • rodrigue
    • 29 octobre 2015
    Répondre

    Bonne idée! j’ai justement une peinture à faire, je vais appliquer cette méthode. Merci beaucoup!

    • yvette
    • 29 octobre 2015
    Répondre

    je viens de partager les coquelicots sont magnifiques pastels & peinture,j’aime la transparence des coquelicots,merci a vous deux de partager vos s’avoir faire,pour l’aérographe je ne connaissais pas,et je ne sais pas comment ca fonctionne,je ne connaissais la gomme électrique,je découvre beaucoup de chose grace aux artistes,c’est merveilleux,merci pour tout

    • Claudine
    • 29 octobre 2015
    Répondre

    Je ne connaissais pas vraiment cet outil… mais je suis ébahie par le résultat final qui est de toute beauté, c’est vraiment spectaculaire !!!
    Etienne réalise des merveilles en combinant l’aérographe avec la peinture !
    Merci Cindy de nous avoir fait découvert un autre aspect de mise en couleur d’un dessin et fait découvrir Etienne et son blog (qui à ce que j’ai déjà pu voir est bourré d’astuces et d’explications pouvant effectivement servir pour le pastel)… et donne envie aussi d’essayer ou de s’intéresser de plus près à l’aérographie.
    BRAVO à toi Etienne !!!

    • Nadine
    • 30 octobre 2015
    Répondre

    bravo, belle réalisation!
    une petite question :peut on effacer le feutre fin noir de F castell ?
    Merci à vous deux

    • Répondre

      Bonjour Nadine, pour répondre à votre question, non, on ne peut pas effacer le feutre fin noir F.Castell, c’est un feutre à pigments qui résiste même à l’eau une fois sec… Bonne suite !

  1. Répondre

    Pour l’instant, je m’en tiens au pastel car je ne le maîtrise pas. la peinture, ce sera plus tard. Ce que j’ai aimé, c’est le mini-croquis à réaliser à côté du croquis normal. Cela permet de voir rapidement les couleurs qui correspondront à l’original. Si on se trompe, ce n’est pas grave. On recommence sans problèmes car c’est une vue d’ensemble qu’on dessine. Je vais faire un mini-croquis pour ma rose ce qui va m’aider à progresser.

    • Christine
    • 30 octobre 2015
    Répondre

    Tableau final très fin et joli ! Je ne connaissais pas la gomme électrique ! En tout cas, merci à vous Cindy et Étienne pour nous apprendre toutes les astuces et tout votre savoir faire. Cela va nous être vraiment utile pour nous améliorer . Continuez à nous émerveilles , c’est génial…

    • pascale levillain
    • 30 octobre 2015
    Répondre

    Beaucoup de transparence et de légèreté. Cette méthode porte bien son nom, car le tout est très aérien… Félicitations à l’artiste !

Ecrire un commentaire