Peindre les plumes

Bonjour à tous ! Dans cette nouvelle vidéo traduite de mon ami Ryan O’Rourke, celui-ci nous explique comment il s’y prend pour créer les plumes à la peinture acrylique. Pour ceux qui préfèrent lire, la retranscription écrite avec quelques ajouts et photos est sous la vidéo !

Ryan commence par une sous-couche très simplifiée et fine. Il s’assure simplement que les coups de pinceaux suivent le sens des plumes. Il ne recommande pas de travailler petite zone par petite zone : Le risque de cette méthode est de se rendre compte à la fin que prises individuellement ces zones semblent bien réalisées, mais assemblées les unes aux autres elles ne vont pas ensemble. Il vaut mieux tout mettre en couleurs en même temps en allant du simplifié au plus complexe.

L’astuce du pinceau découpé : Prendre un vieux pinceau synthétique et découper des crans à l’aide de petits ciseaux (style ciseaux à ongles). Avec un seul coup de pinceau, vous tracez plusieurs traits de peinture, ce qui vous fait gagner un temps précieux pour le travail du plumage.

pinceau crante2

Il est aussi possible d’acheter des ciseaux déjà crantés tels que celui-ci (cliquer sur l’image pour accéder à la fiche produit)

pinceau crante

Cependant, celui-ci est beaucoup plus souple que le pinceau synthétique, le rendu est sans doute différent. Il a des crans réguliers qui enlèvent l’aspect naturel hétérogène du pinceau découpé à la main, qui était très appréciable pour ce genre de sujets. D’ailleurs au passage, en dehors des plumes et des poils c’est une méthode qui peut être appliquée à l’herbe 🙂

La chouette peinte par Ryan étant très jeune, son plumage est duveteux et s’apparente beaucoup aux poils. Il le peint comme il peindrait un animal à poils, ce qui facilite les choses puisqu’il n’y a pas besoin de créer des formes spéciales, il suffit d’obtenir des traits suffisamment fins. Il détaillera quelques plumes autour des yeux pour montrer que son duvet évolue peu à peu en plumage.

Etape du pinceau très fin : Il faut trouver le bon équilibre entre peinture et diluant pour avoir une texture ni trop épaisse ni trop fluide afin de créer des effets d’ombrages dans les plumes. Ryan utilise une couleur très foncée presque noire, qu’il va passer sous forme de petits traits par dessus la sous-couche afin de créer des séparations dans les plumes. La couleur foncée se retrouve donc au premier plan, ce qui est un peu étrange, il est nécessaire de reprendre le pinceau synthétique et de faire déborder légèrement le clair sur le foncé pour une jolie profondeur.

Les yeux : Il est important de peindre des reflets pour que les yeux brillent et paraissent vivants. Ryan utilise principalement du blanc pour y parvenir. Les ombres des plumes autour des yeux leur donne un joli relief et permettent de bien travailler cette zone un peu délicate.

L’usage du blanc : Si l’on utilise trop de blanc en peinture, les couleurs peuvent paraître trop délavées, elles manquent d’intensité. Si c’est votre cas il y a un moyen très simple d’y remédier : Le glacis. Il faut que la peinture soit parfaitement sèche pour cela, on va alors mélanger du marron (ou toute autre couleur) avec beaucoup de diluant afin d’obtenir une peinture très fluide et très transparente. Appliquée par dessus la sous-couche cette peinture va jouer le rôle d’un filtre en colorant celle-ci sans masquer les détails.

Le chemin vers un tableau réussi : Ryan nous confie que bien souvent il n’est pas satisfait de son tableau pendant qu’il le réalise, et c’est tout à fait normal. Il nous rappelle l’importance de continuer à peindre et ne pas s’arrêter à mi-chemin car comme il le dit si bien, vous pourriez avoir arrêté votre tableau au milieu d’un futur chef d’oeuvre ! Continuer à peindre est nécessaire, non seulement pour la satisfaction d’avoir mené un tableau à son terme, mais aussi pour l’expérience si précieuse engendrée par nos erreurs.

Le mélange de couleurs : Ryan aime mélanger ces peintures sur la toile directement, mais pour l’animalier il nous recommande de préparer tous ses mélanges sur sa palette.

Les imperfections : La chouette est un animal sauvage qui n’a pas un plumage parfait, il lui ajoute à la fin quelques imperfections (plumes rebelles) pour la rendre plus naturelle.

A bientôt pour une nouvelle vidéo !

3 Commentaires sur : Peindre les plumes
    • Eva
    • 29 juillet 2016
    Répondre

    Trop chou ce Brian merci Cindy pour tes explications bisous

    • Gis
    • 30 juillet 2016
    Répondre

    Chouette ! de travailler les plumes de cette façon je n’y avais pas pensé…résultat rapide ! Merci Brian & Cindy

    • chantal
    • 30 juillet 2016
    Répondre

    superbe j’en fais autant mais dans mes reves je plaisante bien sur
    encore un grand bravo et merci pour tous ces conseils

Ecrire un commentaire