fixatif pastel

Bien utiliser le fixatif pour pastels

Bonjour à tous ! Si vous avez déjà fais des tableaux aux pastels, vous vous êtes peut-être déjà demandé si le fixatif était nécessaire ou pas pour leur bonne conservation. Certains en utilisent, d’autres pas, comment savoir si votre tableau en a besoin ou non ? Comment utiliser son fixatif pour un rendu optimal ?

Dans cette nouvelle vidéo je vous explique tout ce que je sais de ce produit qui peut soit protéger votre tableau soit l’abîmer selon votre utilisation.

Ce qu’il faut retenir de la vidéo :

Tableaux nécessitant du fixatif :

  • -Vous travaillez sur papier lisse
  • -Vous utilisez des bâtonnets
  • -Votre tableau va voyager

Tableaux ne nécessitant pas de fixatif :

  • –Vous travaillez sur papier abrasif
  • -Vous n’utilisez que des crayons et/ou des carrés très durs
  • -Votre tableau ne va pas voyager

Comment appliquer le fixatif ?

Précautions : Toujours fixer ses tableaux en extérieur ou dans une pièce très aérée.

Façon de faire classique :

Votre tableau est appuyé contre un support protégé (pour moi c’est une plaque de MDF), à la verticale. Vous positionnez la bombe à environ 40cm de distance du tableau. Vous commencez à pulvériser à l’extérieur du dessin et vous déplacez votre bombe en faisant des S de haut en bas.

Façon de faire délicate :

Votre tableau est posé à plat sur un support protégé (pour moi c’est un carton posé sur ma table). Vous protégez votre mobilier derrière le tableau (pour moi c’est toujours la plaque de MDF). Vous pulvérisez de façon parallèle à votre dessin juste au dessus de lui de façon à ce que la gomme se dépose délicatement sur le tableau.

27 Commentaires sur : Bien utiliser le fixatif pour pastels
    • Philippe
    • 17 décembre 2015
    Répondre

    Merci pour ta vidéo, très intéressant ! J’utilise du Pastelmat et je sais comment faire maintenant pour le transport car c’est ce qui m’inquiétait. C’était parfaitement clair comme d’habitude! Je te souhaite un bon bout d’an comme on dit ici.

      • CindyBarillet
      • 31 décembre 2015
      Répondre

      Merci beaucoup Philippe pour ton petit mot ! Ravie d’avoir pu répondre aux questions que tu te posais 🙂

  1. Répondre

    Très intéressant et très concret, comme toujours. Les essais à la fin sont une bonne idée, d’autant qu’on n’ose jamais le faire soi-même ! Est-ce que sur une aquarelle, l’utilisation du fixatif est utile à ton avis ? Comme tu l’as dit au début de la vidéo, j’ai trouvé de tout et son contraire sur le net à ce sujet…

      • CindyBarillet
      • 31 décembre 2015
      Répondre

      Salut Claire, pour quelle raison souhaiterais-tu fixer l’aquarelle ? Contrairement aux pastels les tableaux à l’aquarelle n’ont aucun caractère volatile, je ne pense pas que cela lui apporte grand chose.. Surtout protégés par une vitre. Mais je ne suis pas du tout une spécialiste de cette technique 🙂

      • Répondre

        Essentiellement pour maintenir les couleurs vives dans le temps, et éviter qu’elles ne s’abiment trop vite à la lumière. Mais justement, je me demande quelle est là réalité de ça…

          • CindyBarillet
          • 13 janvier 2016
          Répondre

          Sans être un experte je pense que la durabilité de tes couleurs dépendent de la qualité de ta peinture et non de l’ajout de vernis ou fixatifs sur le tableau terminé. A vérifier ceci dit 🙂

    • CLAUDON Mireille
    • 17 décembre 2015
    Répondre

    Merci beaucoup, Cindy pour cette vidéo ! J’ai effectivement déjà testé les déconvenues dues à une mauvaise utilisation du fixatif, notamment le fait de vaporiser trop près, comme tu le montres avec le dessin des nuages, mais aussi un autre conseil, que je peux donner après une mauvaise expérience : surtout, il faut d’abord bien secouer la bombe de fixatif, avant de vaporiser ! Je me suis en effet retrouvée avec un dessin constellé de petites gouttelettes, fort disgracieuses… ! Se méfier aussi des bombes presque vides, qui peuvent aussi être à l’origine de gouttelettes ou de tâches… En tous cas, ta vidéo montre bien le bon geste, que l’on finit par apprendre, après quelques déconvenues ! =^.^=

      • CindyBarillet
      • 31 décembre 2015
      Répondre

      Coucou Mireille, oui tu as tout à fait raison, et ces gouttelettes laissent des marques en plus ! C’est aussi pour cela qu’il vaut mieux commencer à vaporiser en dehors du dessin, comme ça s’il y a un accident cela ne tombe pas sur la feuille 🙂
      Merci pour tes précisions & à bientôt !

  2. Répondre

    Merci Cindy ! Grâce à ta vidéo, Je m’aperçois que je ne commettais pas autant d’erreurs que je le croyais avec l’emploi du fixatif, (ouf ! lol) je n’en mets pas plus que toi, voire moins (j’ai toujours eu peur que le fixatif ne jaunisse le dessin, mais Sennelier est tout de même une bonne marque) Comme papier j’utilise du Fabriano, il a un petit côté « abrasif » pour bien accrocher les pigments. Je fais toujours cette vaporisation sur le bord d’une fenêtre ouverte – à cause de l’odeur et de la toxicité du fixatif – le pastel disposé face à moi, verticalement, Mon dessin à bout de bras, je vaporise légèrement en descendant, dans un mouvement en S, ainsi que tu le préconises. Pour conserver le fixatif, je le range tête en bas, cela évite qu’il s’évapore malgré le fait qu’il soit dans une bombe aérosol. L’idéal pour un pastel est de l’encadrer dans un biseau lolo, ainsi le dessin ne touche pas le verre.
    Merci pour tes conseils toujours judicieux et très précieux.
    Je te souhaites de très belles Fêtes de Noël, bisous à toi et à Dexter

      • CindyBarillet
      • 31 décembre 2015
      Répondre

      Salut Nathanaëlle, merci de partager ton expérience 🙂 Oui je pense que Sennelier est une valeur sûre, mais il vaut mieux en mettre un peu moins plutôt que trop. Je pense que ta façon de faire est parfaite 😉 Bon réveillon à toi !

    • alix
    • 18 décembre 2015
    Répondre

    merci beaucoup pour cette magnifique leçon-explication
    après de vrais gâchis, je saurai comment faire pour les éviter
    joyeux Noël
    alix

    • Monique Grignet
    • 18 décembre 2015
    Répondre

    Merci pour cette bel leçon , malgré que je fais du pastel depuis plus de trente ans !! j’ai eu du gâchis principalement en utilisant les nouveaux papiers ! je fixe un peu entre les couches mais pas la dernière …
    Bonne fin d’année
    Monique

    • veronique
    • 19 décembre 2015
    Répondre

    salut Cindy
    super vidéo, et des explications très claires. A mes débuts faute de gros moyens j’ai utilisé de la laque à cheveux « forte ». Si elle est bien appliquée cela fonctionne. Mes tableaux ont résistés à 2 déménagements et les couleurs sont toujours aussi belles. J’avoue que je continue quand je suis en panne de fixatif (sur du papier velours).
    Bonnes fêtes
    Véronique

    • DAIRE veronique
    • 20 décembre 2015
    Répondre

    Merci beaucoup pour tous ces précieux conseils Cindy,pour moi qui débute dans le pastel sec ,cette vidéo vient a point nommé et va m’éviter de faire de grosses bourdes…..j’avais entendu parler de l’utilisation de la laque pour le travail au fusain et je m’apprêtais effectivement a l’utiliser pour le pastel sec . je vais revoir ma copie maintenant…de plus je pensais que le fixatif devait stabiliser les pigments de facon définitive…. c’est a dire qu’en passant le doigt sur un dessin aucun pigment ne devait plus se décoller du tout…..ta vidéo me permet de bien comprendre l’intérêt ou non du fixatif et de comprendre comment ca fonctionne….donc un grand merci à toi.
    bonnes fetes
    véronique (une autre et oui)

    • Caroline
    • 22 décembre 2015
    Répondre

    merci beaucoup!!! au lycée, mon prof nous avait conseillé la laque à cheveux 🙂 ce fut une catastrophe!!!

      • CindyBarillet
      • 31 décembre 2015
      Répondre

      Haha je crois que tous les profs de collège/lycée nous donnent de la laque à cheveux.. Mais pour des travaux de découverte de l’art plastique, on va dire que ça fait le job 😉

    • Karine
    • 2 janvier 2016
    Répondre

    Merci beaucoup Cindy, j’ai passé 3 h sur votre site, et YouTube avec vos vidéo, tout d abord bravo pour votre travail et votre évolution dans le réalisme. Merci et bravo pour votre modestie, et votre envie de partager et de transmettre vos technique. Vos vidéos m.aident et me touchent tant celles techniques, le gesso, que celles par exemple sur la motivation, ou celle sur l’hypersensibilité ou celle sur la maison des artistes. Ça m’aide et me redonne un petit peu confiance en moi. Merci pour votre gentillesse, votre sensibilité, et je trouve vos vidéos très bien faites, claires et sympa.
    Ps. Ma chatte de 15 ans alias « mimi » ressemble à votre chat, c’est marrant, même si leurs regards et leur âmes sont différentes bien-sûr.
    Merci donc, et je suis super contente de vous avoir découverte en ce début d’année et de savoir que vous continuer vos vidéos et tout votre travail.
    Bises
    Karine

      • CindyBarillet
      • 13 janvier 2016
      Répondre

      Bonjour Karine,
      Je suis très touchée par votre commentaire, merci infiniment ! Si mes vidéos vous sont utiles alors je suis la plus heureuse. Merci encore pour vos encouragements et votre soutien, et caresses à Mimi la jumelle de Dexter 😉

    • Christelle Duchêne
    • 2 mai 2016
    Répondre

    Bonjour Cindy,

    Je te remercie pour ce tutoriel qui m’a été bien utile pour fixer sans l’abimer mon premier dessin au fusain (j’ai supposé que le fusain devait réagir à peu près comme le pastel sec).

    J’ai toutefois quelques questions : j’ai utilisé la même marque de fixatif que toi, et, sur la bombe, il est écrit : « Après usage, retourner l’aérosol et le purger pour éviter le bouchage de la buse ».

    Comment comprends-tu cela ? Bien que doutant qu’on puisse purger la buse de cette manière, j’ai mis ma bombe de spray tête en bas et j’ai appuyé, espérant que le produit cesserait de sortir après deux ou trois secondes, mais ce n’était pas le cas : il m’a bien semblé que, si je gardais le doigt dessus, j’allais vider ma bombe toute neuve et ruiner la couche d’ozone pour rien !

    Comment fais-tu pour purger la buse (si tu le fais !) ?
    Et est-il préférable, comme j’ai pu le lire parfois, de stocker la bombe de fixatif tête en bas ?

    Merci d’avance de tes lumières.

    J’aime beaucoup les tutoriels et les formations que tu proposes (j’ai acquis la plupart de tes cours).

      • CindyBarillet
      • 11 mai 2016
      Répondre

      Coucou Christelle,
      C’est une excellente question ! Effectivement ce n’est pas très clair, faut-il le stocker la tête en bas ou simplement exercer une pression tête en bas après usage ? Dans un cas comme dans l’autre je t’avoue que je ne comprends pas très bien l’intérêt.
      Moi je ne fais rien de tout cela, le fait de commencer à pulvériser en dehors de la feuille me permet d’éviter les accidents (c’est à dire les grosses gouttes qui risqueraient de tâcher le portrait). Mon aérosol est stocké dans une boite où je mets tout mon matériel d’emballage, donc il est à l’horizontale.
      Dans tous les cas, effectivement il faut relâcher la pression rapidement pour ne pas vider inutilement l’aérosol 🙂

  3. Pingback: Comment utiliser le fixatif pour pastels secs par l'artiste Cindy Barillet

    • karine
    • 19 juin 2017
    Répondre

    Bonjour Cindy super ta vidéo sur le fixatif, je vais en acheter c’ est quand même plus prudent que la laque.

    Bonne journée.
    Karine

    • Michel
    • 19 juillet 2017
    Répondre

    Bonjour à tous,

    Ce petit message pour signaler (après en avoir informer Cindy),
    qu’un fixatif INODORE et NON-TOXIQUE existe !

    Ce « mouton à cinq pattes » est le fixatif Spectrafix – DEGAS.
    La référence à E. Degas, n’est pas qu’un simple artifice commercial, et nous renvoie aux dernières années de vie de Degas.
    A cette époque, Degas s’est lié d’amitié avec Luigi Chialiva,, un peintre tessinois, qui dans les années 1890 avait fait breveté une formule de fixatif, utilisant les produits disponibles à l’époque (eau, caséïne, alcool de grains).
    L. Chialiva fit cadeau de son brevet à Edgar Degas, et à la mort de celui-ci, le brevet fut transmis à ses successeurs.

    Il y a quelques années, en Californie, la formule initiale de Chialiva fut légèrement modifiée par l’introduction d’un autre alcool de grains.
    Ce fixatif conserve la particularité essentielle de n’utiliser que des produits naturels et non-toxiques, … de l’eau (pas besoin d’expliquer !), de la caséïne (protéïne de lait utilisée depuis des millénaires), et de l’alcool de grains (alcool dénaturé).
    Avantage supplémentaire, le tout est INODORE, et utilisable -sans désagrément- à l’intérieur.
    Ce fixatif Spectrafix-DEGAS est présenté en flacon vaporisateur (pompe à doigt), … et non pas sous forme des habituels spray qui nécessitent des flacons contenant un gaz propulsif (et potentiellement explosif, dans les cas extrêmes).

    Où trouver cet animal rare ?
    Le Spectrafix-DEGAS, est disponible chez Jackson Art Supplies de Londres (www jacksonart.co.uk) – aucune difficulté pour commander par internet, et être livré à domicile.
    Expérience personnelle : commande introduite le dimanche soir (mais oui !), livrée le mardi en matinée (48h), à Bruxelles, par DHL.

    Utilisation (expérience personnelle) :
    … Le Spectrafix-DEGAS nécessite deux passages, avec un temps d’attente entre chaque couche – le temps que le premier passage soit complètement sec.
    Un coup de poire à souffler, AVANT de passer le fixatif, afin d’évacuer les poussières de pigments, est utile, … ce qui n’est vraiment pas nouveau !
    … Après sèchage, le fixatif se révèle transparent, et n’altère pas les couleurs – au fil du temps, aucun jaunissement n’est constaté.
    … Léger effet d’imperméabilisation.
    … Idéalement (mais cet avis n’est que personnel), l’utilisation du Spectrafix-DEGAS se justifie dès qu’une partie de la toile en cours, est achevée.
    Cette partie achevée est alors protégée, et -sauf catastrophe- ne peut plus être détériorée.
    Un léger passage (en deux temps) est suffisant.
    … Aucune odeur, aucune émanation désagréable, aucune toxicité.

    Personnellement, et pour l’avoir expérimenté depuis quelques mois, je suis convaincu par ce fixatif, et donc vous communique mes impressions.
    Pour les éventuels esprits-chagrin, les quelques lignes qui précèdent ne sont sponsorisées, ni par Spectrafix, ni par Jackson de Londres).

    Cordialement,

    Michel

    • Michel
    • 19 juillet 2017
    Répondre

    Petite suite à mon message concernant le Spectrafix-DEGAS.

    1. Précaution nécessaire, en cas d’utilisation de papiers ne supportant pas l’humidité.
    2. Orienter le jet de fixatif en biais, par rapport à votre papier.
    3. Adresses internet utiles :
    … Spectrafix (producteur) : www pectrafix.com – site complet, y inclus l’emploi du produit, etc.
    … Jackson (distributeur) : www jacksonart.co.uk.

    • Parisy
    • 4 août 2017
    Répondre

    Bonjour,

    En effet il faut se méfier des fixatifs, je suis intervenue très souvent en tant que technicien informatique chez des Illustrateurs qui unissait des fixatifs pour leurs réalisations. Lorsque le lecteur de disquette ou le DVD ne fonctionnait plus ou l’imprimante faisait des traces , on retrouvait a l’intérieur du micro le fixatif sur toutes les pièces électroniques et le miroir de l’imprimante. Les particules dans l’air font un bon bout de chemin et vont aussi dans vos poumons. J’ai fait peur aux clients en leur montrant les dégâts et leurs expliquant le prix que cela allaient leur couter pour la réparation et pour leurs santés et l’utilité d’isolé cette partie de travail. Imaginé la colle et le tabac ensemble.
    Donc suivre les conseils de Cindy.
    Thierry.

      • CindyBarillet
      • 9 août 2017
      Répondre

      Wow, un grand merci pour ce témoignage édifiant Thierry ! Encore une bonne raison d’utiliser le moins possible ce produit.

  4. Répondre

    Merci beaucoup Cindy pour votre information sur le fixatif.
    M’apprêtant à fixer ma création pour une exposition prochaine, je m’interrogeais sur la nécessité de l’utilisation du fixateur… sachant que j’ai fixé toutes mes créations pastel (seulement cinq car j’ai débuté le pastel depuis peu) et les couleurs en ont été altérées !
    Avec une reprise au pastel par dessus, j’ai rectifié l’oeuvre mais je souhaitais avoir plus de renseignements à ce sujet. C’est chose faite avec votre blog. Merci beaucoup

Ecrire un commentaire