vignette2

Présentation des Promarker et Brushmarker

Bonjour à tous !

J’ai eu la chance de tester les marqueurs graphiques de chez Winsor & Newton :  Promarker et Brushmarker. Dans cette vidéo de présentation, je vous parle de ces deux produits et je vous montre comment les utiliser. Vous allez voir notamment que marqueurs et pastels secs sont de très bons amis (oui, ça a beaucoup pesé dans la balance pour me décider à explorer ce nouveau medium).

Qu’est-ce que les marqueurs graphiques Winsor & Newton ?

La marque propose différents types de feutres, je vous invite à visiter leur site pour tous les découvrir (il y a aussi les Pigment Marker et les Water Colour Marker, ces derniers sont solubles à l’eau). : www.winsornewton.com

Ces feutres sont à l’alcool, les encres colorées ne sont pas toxiques et l’odeur est très légère.

Chaque feutre est doté de deux embouts que l’on peut utiliser en fonction de nos besoins. Voici le comparatif :

 ProMarkerBrushMarker
Type de pointesPointe large
Pointe fine
Pointe large
Pointe pinceau
Nombre de couleurs disponibles14872
Prix Géant des Beaux arts3,35€2,70€

Cliquez sur les images pour découvrir les fiche-produits sur le Géant des beaux arts :

  

***Important

Dans la vidéo (et sur la photo en haut de page) je lance joyeusement que la couleur présente sur le bouchon permet de ranger ses marqueurs dans un pot à crayons et de se servir facilement selon ses besoins. En réalité, il ne faut pas les stocker à la verticale, l’encre risquant de sortir du feutre par capillarité. J’ai trouvé la parade en récupérant un pot carré que je peux laisser à l’horizontale sur mon bureau. Vous pouvez aussi les conserver dans une trousse.

Quel support utiliser pour les marqueurs ?

Les marqueurs s’utilisent sur toutes sortes de papier. Mais selon la surface l’encre va être absorbée trop rapidement ce qui pourrait vous empêcher de profiter pleinement de toutes les possibilités qu’ils offrent. Elle peut aussi traverser certains papiers et tâcher votre plan de travail.

Il existe du papier spécifique qui permet une utilisation optimale : Le papier « Layout ».

Cliquez sur l’image pour accéder à la fiche produit

Les effets que l’on peut obtenir aux Promarker et Brushmarker

Quels sont les différents types de trait que l’on peut obtenir avec les marqueurs ?

Selon la pression exercée et l’angle de la mine sur le papier, on peut avoir différentes épaisseurs. J’ai utilisé la même couleur ProMarker et BrushMarker pour que vous puissiez voir qu’il s’agit vraiment de la même nuance avec la même opacité.

Gérer l’opacité des marqueurs

Les encres sont toutes translucides, mais selon les couleurs elles le sont plus ou moins. Créer votre propre nuancier vous sera utile pour
mieux vous rendre compte des différences d’une couleur à l’autre.

Si vous insistez sur une zone, vous pouvez augmenter son opacité, comme à l’aquarelle.

Sur l’image ci-dessous, vous pouvez voir le résultat avec un seul trait, puis en insistant, puis en laissant sécher l’encre et en insistant de nouveau.

Comment créer des dégradés aux Promarker / Brushmarker ?

Il n’est pas forcément évident d’apprendre à dégrader ses couleurs au départ, surtout quand on a comme moi l’habitude de mediums très différents tels que la peinture ou le pastel. Les marques laissent des traits de contours que l’on met un peu de temps à maîtriser (mais on y arrive avec la pratique). Il me paraît normal d’avoir un peu de mal au début, comme pour tout !

Pour faire un dégradé efficace le mieux est de profiter du laps de temps pendant lequel l’encre n’est pas sèche (quelques secondes pas plus). Je pose la première couleur, puis la seconde la chevauchant légèrement, je reprend la première et je viens étirer l’encre de la seconde. Remarque : Plus les valeurs des deux couleurs sont proches, plus le dégradé est doux.

Mélanger les couleurs aux marqueurs graphiques

Avez-vous remarqué la couleur orange qui s’est formée là où le rouge rencontre le jaune dans l’image ci-dessus ? Les encres des marqueurs se mélangent pour former de nouvelles couleurs. Vous pouvez les mélanger avant qu’elles ne sèchent, ou bien une fois que l’une est sèche, vous passez l’autre par-dessus pour obtenir une nouvelle teinte.

Attention, si l’une des couleurs est très intense ou très foncée, le mélange sera moins fort. Le plus bel exemple est le bleu et jaune formant un vrai beau vert, en revanche si l’on superpose du bleu sur du rouge Pavot, on obtient un violet trop foncé pour être probant. Mais si l’on a travaillé sur de l’encore mouillée, alors il y a un peu d’encre rouge sur la mine du marqueur bleu : Si on la frotte sur le papier, là on obtient un beau violet; car le rouge est beaucoup plus léger.

Comment utiliser le Blender Promarker ?

Le blender est un outil encore un peu flou pour moi. J’ai d’abord cru qu’il servait à fondre les couleurs, mais ce n’est pas réellement le cas.
Le blender est un marqueur sans couleur, il ne contient que le solvant. Il semble dissoudre les couleurs qu’il touche (sur encre mouillée mais aussi sur encre sèche), ce qui crée des irrégularités.

J’ai constaté que les dégradés étaient plus efficaces sans lui plutôt qu’avec lui, le rendu est plus beau et plus net. Néanmoins on peut tirer partie de sa capacité à dissoudre les couleurs pour ajouter des reflets clairs à une couche de marqueur (attention, il crée irrémédiablement des contours plus foncés autour de la zone mouillée).

Une autre façon de l’utiliser consiste à mouiller la feuille vierge dans un premier temps avec le blender, et venir appliquer le marqueur par-dessus avant qu’elle ne soit sèche. De cette façon on obtient une encore plus translucide et un effet aquarelle.

 

La bonne esquisse pour les Promarker et Brushmarker

Le graphite ne disparaît pas facilement sous l’encre du marqueur (ou peut-être que cela dépend des crayons ?). En réalisant une esquisse entière au graphite j’ai constaté que sous l’encre, les marques du crayon sont très visibles et impossibles à faire disparaître. Pour contourner le problème, j’ai utilisé des crayons aquarellables. En insistant un tout petit peu, les marques du crayons semblent fondre dans l’encre des marqueurs.

Sur l’image ci-dessous on peut voir que le graphite a bien disparu (les traits de la flèche dans le coeur) en insistant. En revanche, le graphite s’est dissout en teintant légèrement le rose, qui a prit un aspect plus sale et a perdu de sa fraîcheur. Le coeur qui a été dessiné au crayon aquarellable est beaucoup plus lumineux. Le crayon a laissé un contour sur les bordures externes, mais il est discret et se fond naturellement dans le rose de l’intérieur du coeur.

Mon premier dessin aux ProMarker (+ Pastel sec)

rose promarker

D’autres infos sur les Promarker :

La vidéo de Pit : Apprendre à dessiner avec des marqueurs pour y découvrir d’autres techniques.

La chaîne de Tutodraw et ses nombreuses vidéos dans lesquelles il utilise les Promarker

Découvrir les produits sur le Géant des Beaux arts :

  

17 Commentaires sur : Présentation des Promarker et Brushmarker
    • pascal
    • 9 mars 2017
    Répondre

    impressionnants ces marqueurs cindy merci pour la decouverte

    • Patricia Frechina
    • 10 mars 2017
    Répondre

    Cindy, vous m’avez donné l’envie de les tester !
    Merci pour ce partage !

    • Patricia
    • 10 mars 2017
    Répondre

    Merçi beaucoup pour cette vidéo. J’avais entendu parler de ce type de marqueur mais j’hésitais. Maintenant au moins je sais comment l’utiliser

    • Annedo
    • 10 mars 2017
    Répondre

    Je connais assez bien ces marqueurs pour les utiliser pour faire des graffiti sur papier spécial marqueur.
    Je fais toujours l’ébauche au crayon 4H que je gomme ensuite sans difficulté.
    Ces marqueurs sont top!

    • boutigny
    • 10 mars 2017
    Répondre

    MERCI
    Très bonne démonstration du produit qui apparemment semble efficace et surtout complémentaire au pastel !
    je vais sans doute tester ,

    • Bernard
    • 10 mars 2017
    Répondre

    Ce monde va trop vite ! J’attendrai de voir une réelle démo illustrant tous les avantages à les utiliser avec le pastel.

    • Catherine lenfant
    • 10 mars 2017
    Répondre

    Merci pour toutes ces Infos. J’ai quelques promarKer mais mes essais ont été assez dècevants . J’ai acheté un papier adapté ‘ du daler rowney mais je n’ais pas su l’utiliser. Ta rose est vraiment superbe, vivement ta démo.
    (J’ai vu que le pingouin avait retrouvé sa place, il n’à pas l’air trop dépaysé !)

      • CindyBarillet
      • 27 mars 2017
      Répondre

      Hello Catherine, merci à toi ! Haha les p’tites peluches sont toujours sur le canapé, il y a des choses qui ne doivent pas changer 😀

    • colette
    • 10 mars 2017
    Répondre

    Bonjour Cindy il y un moment que j ai acheté quelque un de ces marqueurs jamais essayé.
    Donc cette fois je vais me lancer.
    merci

    • bernath
    • 12 mars 2017
    Répondre

    MERCI BEAUCOUP §§§§§§§§§§

    • Bernadette
    • 13 mars 2017
    Répondre

    Bonjour Cindy,
    Je ne connais pas ces Promarkeurs mais cela me paraît être une technique intéressante.
    Merci pour tes conseils toujours très utiles.

    • BELEN-DISINTRégine
    • 13 mars 2017
    Répondre

    Magnifique démonstration, ça donne vraiment envie de tester une autre technique ou de la mélanger au pastel sec, très bonne idée..
    Merci encore pour tout ce temps passé à nous faire plaisir !!
    Cordialement

  1. Répondre

    Merci Cindy pour tous ces essais « démonstratifs »… très bien expliqués et agréablement présentés 😉
    Même si je suis moins « présente », je suis toujours avec intérêt tout ce que tu nous présentes… Bravo encore pour tout ce que tu fais et proposes.
    Bisous.

    • Di marzo
    • 20 mars 2017
    Répondre

    Bonjour Cindy,
    Merci pour tes conseils très utiles.
    Je te souhaite une bonne journée bisousss.

    • Alain
    • 25 mars 2017
    Répondre

    Bonsoir Cindy

    il est vrai que ce médium nous l’avons presque tous essayé sur les bancs de l’école , mais avec ta super démonstration , cela donne envie de si remettre à nouveau d’une façon plus approfondie .
    Merci encore

  2. Répondre

    Belle rose. Mais quand on voit le nombre d’éléments à acheter dans chaque catégorie (brushmarker 72 couleurs, pastels rembrands 203, crayons pastels Pitt 60, PanPastels 92… sans compter les peintures) il est difficile de tout essayer si on n’en fait pas son métier.
    Donc plutôt que d’acheter des brushmarker, je me suis plutôt laisser tenter par une dizaine de « penpastal »

      • CindyBarillet
      • 11 mai 2017
      Répondre

      Bonjour Kikou, ouh heureusement qu’on n’a pas besoin d’acheter toutes les couleurs de chaque catégorie pour peindre, sinon ce serait très compliqué haha 😉

Ecrire un commentaire