Démo Peinture à l’huile : Grenouille

Bonjour à tous ! Cette semaine je vous propose une démonstration de peinture à l’huile dans laquelle je peins une grenouille aux yeux rouges du Costa Rica ! Sur ce tableau, plusieurs choses m’ont intéressée : La grenouille bien-sûr, mais aussi la main, la feuille, l’humidité sur celle-ci, et l’arrière-plan en fondus.

Reproductions disponibles sur ma boutique Redbubble :

Cliquez ici pour y accéder

Ce qu’il faut retenir de la démonstration de peinture à l’huile :

La sous-couche :

J’ai utilisé du terre d’ombre brûlée, du terre de sienne brûlée, de l’ocre jaune et du blanc. J’aime ces couleurs terre pour mes sous-couches. Cela me permet de travailler mes valeurs sans me soucier des couleurs, ce qui me rendra la suite bien plus simple. De plus, je trouve que ces teintes me donnent des couleurs plus naturelles par la suite.

Une fois qu’elle est terminée, il est important de laisser sécher la peinture entièrement avant de poser les couleurs. En utilisant du liquin je peux peindre dès le lendemain. Si vous utilisez un medium qui n’accélère pas le séchage, il faudra patienter plusieurs jours.

Les couleurs :

J’ai différencié les verts entre la grenouille et la feuille mais j’ai gardé une couleur commune dans les mélanges (le jaune japonais) pour qu’ils ne soient pas trop éloignés.

La feuille : Outremer, jaune japonais.

La grenouille : Jaune japonais, bleu océan, vert anglais, pointe d’outremer pour les zones d’ombre.. Pour les yeux, j’ai essayé à la nuance d’orange cadmium + terre de sienne brûlée mais ce n’était pas assez intense, j’ai réussi à avoir un rouge bien plus vif en utilisant du vermillon (et de l’outremer pour ombrer). Note : Le vermillon est très toxique – éviter tout contact avec la peau.

Notez que ce sont mes souvenirs mais il est possible que d’autres pigments aient été ajoutés en faible quantité pour ajuster les mélanges.

Lors du premier passage (après la sous-couche) je pose mes couleurs les plus proches possible du résultat final en sachant que je pourrai toujours revenir dessus une fois la peinture sèche. Pour la feuille, je pose mes taches blanches dans l’humide ce qui les transforme en tâches vert pâle, sur lesquelles je reviendrai par la suite pour créer une impression d’humidité et de gouttes d’eau.

Les couleurs de la main : Terre de sienne brûlée, magenta, jaune de Naples, (+ Terre d’ombre brûlée et Outremer pour les ombres). Comme pour la feuille, je place juste mes couleurs lors du premier passage. Une fois la peinture sèche je pourrai ajouter les ridules des doigts et les autres petits détails.

L’avantage de la peinture à l’huile sur l’acrylique ou la gouache, c’est que les couleurs qu’on a sur notre palette seront celles que l’on aura sur notre toile, il n’y a pas de changement de valeur lorsque la peinture sèche. On peut se concentrer sur ce que l’on voit sans devoir anticiper la valeur que prendra la peinture quelques minutes après avoir été posée !

Mon matériel de peinture :

J’utilise la peinture Lefranc Bourgeois principalement, j’ai aussi quelques tubes de Georgian (Daler Rowney). Je les trouve bien toutes les deux.

Souvent après quelques mois l’huile réussit à sortir du capuchon des peintures. Elle peut entraîner des pigments avec elle, faire des paquets et rendre l’ouverture du tube difficile – Sans parler du bazar que cela met dans la boite à peinture, et le capuchon qui ne peut plus se visser. J’ai appris récemment que stocker ses tubes à la verticale permettrait de ne plus avoir ce problème – à tester !

Mes pinceaux sont variés et pas toujours de très bonne qualité, j’essaie de les renouveler petit à petit. Mon médium à peindre est le Liquin Original Winsor & Newton.

Vous pouvez cliquer sur les images pour accéder à la fiche produit sur le Géant des beaux-arts :

    

11 Commentaires sur : Démo Peinture à l’huile : Grenouille
    • Lorelei
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    merci pour cette superbe vidéo, toujours très bien commentée!

    • Merchaut
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    Très jolie démo, sur cette petite grenouille! Que du bonheur!
    Plein de choses instructives, comme toujours, de tout cela, du partage, un grand merci, Cindy!

    • NANNY
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    Vidéo très agréable et pleine d’enseignement

    • eric
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    Bonjour , Cindy, toujours du bonheur à t’écouter , moi je reste pour l’instant sur l’aquarelle j’ai réalisé ma roue et j’en suis ravi , cela m’aidera pour choisir mes tons de couleurs. Ton tableau est vraiment magnifique !

    merci à toi

    Bonne soirée

    Eric

      • CindyBarillet
      • 26 octobre 2018
      Répondre

      Ah super Eric, je suis heureuse que tu ai pu la faire ! Merci pour ton commentaire.

    • laura
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    Bonsoir Cindy,

    Pratiquant l’huile et l’acrylique selon les sujets proposés par notre professeur, j’ai beaucoup apprécié cette démo sur les fondus et l’utilisation du pinceau éventail.
    Aucun problème concernant l’angle de vue. Continue à nous montrer des démos sur chevalet.
    Concernant le Liquin Original Winsor & Newton, jamais utilisé car nous avons pris l’habitude avec notre prof d’utiliser la thérébentine pour les fonds puis l’huile de lin diluée par la suite.
    Il me semble que ce liquin remplace ces deux étapes et mélange.
    Peux-tu m’en dire un peu plus. Il me semble que juste ce produit semble plus pratique et facilite donc le séchage. Quelle en est la composition? De l’huile de lin sans doute.
    Je vais peut-être essayer.
    En tous les cas super cette vidéo merci et bonne soirée

      • CindyBarillet
      • 26 octobre 2018
      Répondre

      Bonjour Laura, le liquin est à base de réside alkyde, c’est pourquoi il accélère le séchage. Personnellement je le trouve beaucoup plus agréable que l’huile de lin, que je n’affectionne pas trop, et bien moins odorant que la térébenthine.
      Tu peux l’utiliser comme moi pour toutes tes couches si tu travailles avec des couches fines, avec éventuellement quelques touches de peinture un peu plus épaisses à la toute fin du tableau.
      Dans le cas contraire, si tu fais des empâtements ou que tu travailles beaucoup au couteau, il vaut mieux éviter ce procédé et utiliser des mediums de plus en plus gras au fur et à mesure des couches pour t’assurer d’éviter les craquelures.

    • karine
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    Bonsoir Cindy, très joli tableau de belles couleurs.
    Merci pour cette vidéo.A bientôt !!

    • M
    • 25 octobre 2018
    Répondre

    Bonsoir Cindy. BRAVO vous êtes une pédagogue née. Ce n’est pas donné à tout le monde de savoir expliquer ce que l’on fait, comment on le fait et pourquoi on le fait.
    J’ai une petite question sur la bonne conservation des tubes de peinture : dans le commentaire vocal de la video vous précisez qu’il faut les conserver verticalemment bouchon vers le bas. Or dans le commentaire écrit qui accompagne la video vous indiquez simplement qu’il faut les ranger verticalement. Alors, bouchon vers le bas… ou vers le haut ? Merci par avance de votre réponse qui sera utile à tout le monde !

  1. Répondre

    Bonjour Cindy très belle démonstration toujours au top! Amicalement dominique

  2. Répondre

    Toujours très clair comme d’hab 🙂

    Pour mes tableaux à l’huile je réalise la première couche à l’acrylique, ça sèche tout de suite et permet d’enchainer avec l’huile
    Pour éviter les odeurs j’utilise la “peinture à l’huile à l’eau”.

Ecrire un commentaire