Quelles couleurs d’aquarelle choisir ?

Quelles couleurs d’aquarelle choisir ?

Bonjour à tous !

Y a-t-il des couleurs absolument indispensable pour bien débuter l’aquarelle ? Selon moi non. Il y a des types de couleurs qu’il est préférable d’avoir (les primaires en version chaude et en version froide, comme nous l’avons vu dans ma vidéo sur le Cercle Chromatique – Assurez-vous de l’avoir visionnée avant de regarder celle de cet article).

Mais, chacune de ces couleurs est remplaçable. Un rouge froid peut aussi bien être le très apprécié PV19 Rose de quinacridone que le Magenta PV42 ou le Magenta pourpre PR122, ou encore l’Alizarine cramoisie PR83:1 et il en existe encore bien d’autres.

Si vous ne savez pas ce que sont ces codes composés de lettres et de chiffres, si le mot fugitif ne vous évoque qu’une personne en cavale ou encore si vous ne savez pas sur quels critères vous baser pour choisir une couleur, je vous invite à regarder également ma vidéo sur ce thème : les propriétés des pigments car je n’expliquerai pas à nouveau ces notions dans cet article afin de ne pas le surcharger.

Aujourd’hui nous allons parler de couleurs et je vais partager avec vous mes choix personnels en vous les expliquant. Comme il s’agissait d’une vidéo de plus de 35 minutes, nous ne verrons dans cet article que la première partie. On se retrouve très prochainement pour la seconde.

Palette de base pour débuter l’aquarelle

Choisir sa palette pour l’aquarelle

Palette 1 : Winsor & Newton Cotman

Je vous propose de débuter l’aquarelle avec une palette limitée à 12 couleurs. De cette façon, vous n’aurez pas d’autre choix que celui de faire vos propres mélanges. Vous allez apprendre à créer vos nuances, comprendre comment obtenir une certaine teinte, et vous gagnerez en liberté !

Je vous recommande de commencer par vous faire un nuancier de mélanges pour apprendre facilement quelques jolies possibilités que vous offre votre palette. Regardez ma vidéo : Nuancier de mélanges à l’aquarelle.

Une palette que je recommande souvent est la Cotman de Winsor & Newton. Vous pouvez la voir sur le Géant des beaux arts ici : Clic !

La palette est déjà remplie de demi-godets. Les couleurs sont plutôt bien choisies à une ou deux exceptions près (noir d’ivoire et blanc de chine, peu utiles pour moi) et vous permettront de vous exercer confortablement. Une fois vos demi-godets usés, vous pouvez verser de l’aquarelle en tubes dedans si vous souhaitez rester sur une palette limitée, ce qui est un choix commun à de nombreux aquarellistes. Dans le cas contraire vous pouvez opter pour une palette plus grande. Généralement, on passe de 12 à 24 demi-godets et le format de la boîte s’allonge considérablement : Pas gênant pour peindre à l’atelier, plus encombrant pour emporter avec soi en extérieur. Si comme moi vous préféreriez une petite boîte pour stocker plus de 12 couleurs, lisez le paragraphe ci-dessous !

Palette 2 : Une palette vide à remplir soi-même

Vous avez également la possibilité d’acheter une palette vide que vous remplirez avec les couleurs de votre choix, comme nous l’avons vu dans ma vidéo : Remplir ses godets avec de l’aquarelle en tubes.

Dans ce cas, je vous propose une palette légèrement plus petite que la Cotman, qui vous permet de stocker jusqu’à 18 couleurs si vous le souhaitez (ou bien vous pouvez en garder 12). Les demi-godets sont à acheter séparément.

Vous pouvez voir la palette en cliquant ici et les demi-godets en cliquant ici.

La palette est prévue pour 12 demi-godets, mais on peut facilement ajouter une troisième rangée au milieu. J’ai sécurisé mes demi-godets avec de la patafix. Elle dispose de deux petits plateaux pour faire ces mélanges, chacun étant plus ou moins compartimenté. Il y a un anneau pour le pouce sur le dos de la boîte. Je suis ravie de mon achat, c’est pour moi la palette de voyage idéale !

Choisir ses couleurs pour débuter l’aquarelle

La sélection que je vous propose se base sur une palette de voyage qui correspond à mes goûts et à mes petites habitudes d’aujourd’hui (et croyez-moi, mes habitudes changent souvent !)

Je serais très heureuse si elle vous inspirait, mais il ne s’agit pas du tout de sous-entendre que cette palette est celle qu’il vous faut. Piochez ce qui vous plaît et remplacez le reste !

Le fait que ce soient des couleurs de voyage me paraît intéressant car j’attends de cette palette qu’elle soit polyvalente, que je puisse obtenir les nuances souhaitées facilement, avec quelques couleurs toutes prêtes pour gagner du temps.

Aujourd’hui nous allons voir 12 couleurs. Dans la prochaine partie, nous verrons ma palette complète de 18 couleurs.

Mes couleurs primaires

Les jaunes

Jaune froid : Je choisis le Jaune Citron de Daniel Smith (PY175). Le jaune citron est un jaune semi-opaque, mais celui de Daniel Smith est le plus transparent que j’ai pu tester.  Il est aussi très lumineux et très permanent.

Jaune chaud : Je choisis le Jaune Safran d’Isaro (PY110). C’est un jaune orangé très transparent, très lumineux et très permanent.

Un seul jaune vous suffit ? Prenez un jaune neutre : Je choisis le jaune Hansa moyen de Daniel Smith (PY97).

Le piège à connaître
Les livres sur l’aquarelle recommandent beaucoup l’Auréoline aussi appelée Jaune de Cobalt (PY40). C’est parce que c’est l’un des jaunes les plus transparents qui soient, et il fait de très jolis mélanges.

Ce qu’on ne nous dit pas hélas, c’est qu’il est très fugitif : La lumière le fait brunir. Dommage pour vos tableaux..

Dans un carnet, on peut l’utiliser sans souci (c’est ce que je fais pour écouler le mien.) Les Cobalt sont des pigments toxiques, évitez le contact avec la peau et lavez-vous les mains après votre séance.

Les rouges

Rouge froid : Je choisis indifféremment le Rose Isaro PR122 ou le Rose de Quinacridone de Daniel Smith PV19. Ce sont des roses très transparents, très permanents, et qui ont beaucoup de contraste selon leur degré de dilution.

Les pièges à connaître
On recommande parfois le Laque de Garance NR9 très délicat et très transparent. Il est malheureusement fugitif. On recommande aussi l’Alizarine cramoisie PR83:1 qui est un pigment très puissant, mais fugitif également.

Rouge chaud : Je choisis l’Orange de Pyrolle transparent de Daniel Smith PO73 (à ne pas confondre avec PO71 Orange de Pyrolle tout court). C’est un rouge orangé très transparent, superbement contrastant, très permanent. Apparemment il est désormais proposé dans une nouvelle version qui tire plus sur l’orange, elle paraît un peu moins satisfaisante, mais je pense que je vais quand-même rester dessus.

Le piège à connaître
Le Rouge de Cadmium PR108 est souvent celui que l’on trouve dans les palettes toutes prêtes. Il est très puissant et très opaque, il faudra faire attention à bien le diluer si vous l’utilisez. Les Cadmium sont des pigments toxiques, évitez les contacts avec la peau et lavez-vous les mains après votre séance. Mêmes remarques sans la toxicité avec le Rouge écarlate (PR255).

Un seul rouge vous suffit ? Alors oubliez le rouge chaud. Vous pouvez obtenir un rouge chaud en ajoutant du jaune à votre rouge froid, mais pas vraiment l’inverse.

Les bleus

Bleu froid : Je choisis le Hélio Turquoise PB60 de Schmincke. Je le trouve sublime tel quel pour peindre la mer turquoise. Je le mélange à l’Ocre jaune ou à l’Or de Quinacridone pour des verts très naturels.

Bon à savoir
Bon à savoir : On recommande souvent un bleu Phtalo PB15 pour le bleu froid. À l’atelier je l’utilise parfois (il fait de superbes verts mélangé à un jaune chaud ou un ocre) mais en déplacement il me dérange. C’est un pigment super puissant et le pinceau est difficile à nettoyer efficacement, si je veux du jaune pur après avoir utilisé le Phtalo j’ai besoin de savon et ce n’est pas pratique du tout quand on est dehors.

Bleu chaud : Je choisis l’Outremer PB29, celui de Daniel Smith et celui d’Isaro sont tous les deux superbes. Je trouve leur granulation très belle, presque nacrée. Je donne ma préférence à Isaro pour le prix bien plus intéressant.

Un seul bleu vous suffit ? Meh, je vous conseille quand même d’en garder deux. Mais si vous y tenez, alors vous pouvez opter pour un Bleu cobalt PB28, c’est un des bleus les plus neutres. Les Cobalt sont des pigments toxiques, évitez le contact avec la peau et lavez-vous les mains après votre séance.

Vous débutez l’aquarelle ? Je vous propose un cours pour découvrir les techniques de base et de bonnes astuces pour vous faciliter les choses ! Suivez-moi dans la création d’un tableau complet qui vous assurera de bien comprendre les fondamentaux de cette peinture.

Cliquez ici pour voir le cours

Les autres couleurs

Si vous avez choisi 6 couleurs primaires, alors il vous reste 6 demi-godets à choisir ! Profitons-en pour nous ajouter quelques couleurs de convenance. Pour ma part, je me choisis toujours un seul jaune car j’ai déjà un vert tout prêt qui me plaît beaucoup, je vous propose donc  mes 7 couleurs supplémentaires.

  • Buff Titanium PW6:1 Daniel Smith : Un beige légèrement texturé. Il est opaque, mais je l’adore pour peindre le sable ou les murs. En général je l’utilise pur, ou je lui ajoute un soupçon d’une autre couleur pour l’ombrer.
  • Bleu Céruléen PB35 Isaro : Un bleu légèrement granuleux que j’utilise tel quel pour peindre le ciel en deux coups de pinceau ! On ne peut pas le deviner à son nom, mais le bleu céruléen fait partie des Cobalt. Les Cobalt sont des pigments toxiques, évitez le contact avec la peau et lavez-vous les mains après votre séance.
  • Ocre jaune PY43 : Celui de Daniel Smith a ma préférence, je le trouve superbe. Il est doux, transparent, naturel, joliment granuleux. Je l’utilise en mélange avec mon Hélio turquoise pour créer de très jolis verts.
  • Vert de Vessie : Winsor et Newton en font un très beau, mais je n’utilise pas leurs tubes pour créer des godets car ils le déconseillent (d’après d’autres aquarellistes ça marche quand même très bien, mais j’aime autant utiliser une marque qui ne le déconseille pas). J’utilise donc celui de Daniel Smith (PO48 PY150 PG7) que je trouve parfait. En général je m’en sers tel quel, il est très beau !
  • Ombre brûlée PBr7 : Il est difficile d’en trouver un satisfaisant, c’est une couleur difficile à réhydratée et irrégulière. Celui de Daniel Smith est très bien ! Je l’utilise tel quel ou en mélange avec un bleu pour créer de beaux noirs.
  • Terre de Sienne brûlée PBr7 : Elle permet de créer des gris neutres en mélange avec le bleu outremer. Je lui trouve souvent des utilités telle quelle ou en ajout pour désaturer un vert. Celui de Daniel Smith est très beau, doté d’une jolie granulation et d’un ton rosé très agréable.
  • Violet Dioxazyne PV23 : J’utilise celui de Sennelier pour le terminer, mais je ne l’aime pas beaucoup. Il ne sèche jamais vraiment dans son demi-godet, il reste gluant et difficile à diluer pour mon goût. Je préfère celui d’Isaro que je trouve plus subtil.

Dans la seconde partie de cet article, nous verrons mes 6 couleurs supplémentaires !

 

Merci d’avoir parcouru cet article ! Avez-vous des couleurs préférées que je n’ai pas mentionnées dans cette vidéo ?

 

Peintures utilisées dans cet article

 

CindyBarillet
cindy.barillet@gmail.com
20 Comments
  • SAINT-LOUP
    Posted at 19:11h, 25 juillet Répondre

    Bonjour Cindy et merci pour tes passionnantes infos. Est-ce que tu as une vidéo sur la façon de faire sa peinture avec des pigments et du liant aquarelle?
    J’ai essayé les godets, les tubes et je voudrais faire l’expérience de l’aquarelle à partir des pigments. Merci encore.

    • CindyBarillet
      Posted at 14:54h, 27 juillet Répondre

      Bonjour Saint-Loup, merci à toi ! Non j’avoue que ça ça ne me tente pas, comme je vends mes créations j’ai besoin d’avoir toute confiance dans mon matériel. Je me fournis donc chez des professionnels qui ont toute l’expérience nécessaire pour créer des peintures permanentes, transparentes et colorées à souhait !

  • Chantal
    Posted at 00:51h, 09 juin Répondre

    Bonjour Cindy,
    Merci pour ces vidéos! plutôt que d’acheter une boîte toute faite, j’opte pour la 2è solution.
    Mais j’ai du mal avec les références : je commence par le jaune citron de DS, pas de “PY”, un n°165 (et pas 175) et Réf. 4-27683165.
    Même problème pour le rose de Quinacridone de DS, nulle part PV19 mais 092 et Réf. 4-32813092… J’ai bien cliqué sur le lien en bas de page… Les réf ne sont pas universelles? Ça devient la jungle, je suis perdue dans cette forêt de chiffres et lettres qui ne correspondent pas…!
    Jusqu’à présent je fais de la peinture à l’huile seulement et j’utilise pas mal les couleurs primaires (comme ça je sais exactement dans quel sens modifier une couleur) : je me demande si la Rhodonite véritable 167 ne serait pas plus proche de la couleur primaire (le rose Opéra me semble plus proche encore mais fugitif IV)?
    Encore trop de questions pour finaliser ma commande… Merci d’avance de m’aider à clarifier tout ça!

    • CindyBarillet
      Posted at 23:43h, 09 juin Répondre

      Bonjour Chantal,

      Si cela vous intéresse je vous invite à visionner cette vidéo d’explications sur les différentes informations communiquées sur l’emballage de nos peintures : https://www.artiste-animalier.com/aquarelle-comprendre-ses-peintures/

      Le site sur lequel vous souhaitez commander communique le numéro que le fabricant a octroyé à sa couleur.
      Le code que j’ai communiqué est celui du pigment utilisé pour fabriquer la couleur.
      Le nom de la couleur et le numéro que le fabricant lui a donné varient d’une marque à l’autre. Le pigment, lui, est le même quelle que soit la marque de la peinture. Je communique souvent le pigment pour que les personnes qui ont d’autres marques puissent trouver l’équivalent dans le matériel qu’elles ont déjà.
      En ce qui concerne la rhodonite véritable, je ne l’ai jamais testée mais sur certaines images il a l’air vraiment très froid, je ne suis pas sûre qu’il soit suffisamment neutre – mais ce n’est peut être qu’une impression. Le rouge primaire de Daniel Smith est généralement considéré comme étant le quinacridone rose ou le quinacridone magenta.

  • Sam
    Posted at 12:53h, 02 juin Répondre

    Bonjour,

    Vous ne mentionnez aucun Sennelier dans cet article ? Que pensez-vous de cette marque ? Ils sont actuellement en promotion sur le géant des beaux arts, et pour le prix d’un Daniel Smith 5mL, j’ai deux voir trois Sennelier 10mL. Une raison de ne pas craquer ? Pour un coup inférieur je pourrai me permettre une jolie palette pour débuter sans être trop limité. Sauf qu’évidemment, si j’en viens à le regretter du fait d’une pauvre qualité ou de l’impossibilité de les faire sécher en godet, je risque de le regretter.

    Vous remerciant par avance,

    Sam

    • CindyBarillet
      Posted at 18:02h, 05 juin Répondre

      Bonjour Sam, il vaut mieux que vous achetiez les Sennelier en godets plutôt que verser les tubes dans les godets vides. Sennelier est l’une des rares marques à avoir une recette différente entre ses tubes et ses godets, ce qui est dû à la forte proportion de miel dans leurs peintures. Les peintures de tube ont beaucoup de mal à sécher en godet, pour avoir testé sur le violet dioxazine, c’est pas top.

      • Samuel
        Posted at 16:06h, 10 juin Répondre

        D’accord, merci beaucoup. J’ai également lu que les mélanges des Sennelier avec d’autres marques étaient compliqués, sans doute pour cette même raison. Votre pratique le confirme, ou je n’ai pas de soucis à me faire ?

        Et à titre d’information, si j’utilise les sennelier en tube, sans en faire de godet, selon votre expérience, un tube reste utilisable combien de temps avant de sécher ?

        Vous remerciant par avance.

        • CindyBarillet
          Posted at 10:19h, 11 juin Répondre

          J’ai trop peu de Sennelier pour pouvoir confirmer ou infirmer, par contre je n’avais jamais entendu ce propos.
          Si les tubes sont stockés à l’abri du soleil et bien fermés, vous pouvez les garder plusieurs années. S’ils sèchent,il est toujours possible de les découper et d’utiliser l’aquarelle comme un godet.

  • Lily
    Posted at 23:40h, 16 mars Répondre

    Bonjour Cindy
    Moi ma palette je peux y mettre 7 demi godets par rangée pour un total de 21 couleurs. J’ai le même modèle que toi et pour les demi godets, je les ai achetés sur EBAY.

    Bonne journée

  • Anne
    Posted at 19:19h, 13 novembre Répondre

    Bonjour Cindy,
    merci pour toutes ces infos à la fois pertinentes et utiles ! On sent qu’il y a du vécu pour chacune de tes remarques comme par exemple le bleu phtalo,que j’ai déjà acheté malheureusement… Pourquoi lis-je cet article après m’être équipée !?…
    Tant pis, je vais utiliser ce que j’ai déjà mais garder sous le coude tous tes conseils pour le réapprovisionnement.
    Merci encore et pleins d’encouragements pour la suite !!

    • CindyBarillet
      Posted at 20:49h, 14 novembre Répondre

      Bonjour Anne, merci beaucoup pour tes encouragements ! Non non pas d’inquiétude, le bleu Phtalo me déplaît en extérieur mais je le trouve très bien à l’atelier quand on peut facilement laver son matériel. C’est un bleu super puissant ! Mélange-le à un jaune chaud pour créer des verts superbes, et à du rouge pour toute une variété de bruns 🙂

  • Yolande
    Posted at 17:37h, 30 octobre Répondre

    Bonjour Cindy,

    Ou peut on trouver ces pigments à l’unité? J’a recherché sur internet en indiquant Isaro ou Daniel Smith, et seuls des boîtes entières sont proposées. Merci pour tes conseils.

    • CindyBarillet
      Posted at 16:44h, 01 novembre Répondre

      Bonjour Yolande, il y a la liste du matériel en fin d’article. En cliquant sur la vignette de ton choix tu arrives sur la page de vente des peintures et tu peux choisir tes couleurs.

  • andrée Piaugeard
    Posted at 16:16h, 25 octobre Répondre

    Merci chère Cindy ! Bonne semaine à tous

  • Mireille Pelletier
    Posted at 22:49h, 24 octobre Répondre

    Bonjour Cindy, J’aime beaucoup ta vidéo. Moi, j’imprime toujours la fiche au complet au cas ou je me déplacerais sans avoir accès a mon portable. Et aussi je suis très visuel.

    Mais depuis quelques mois, tu as changé la grandeur des Gros Titres et lorsque j’imprime je perds une partie du texte.

    Je dois transférer toute la fiche sur le programme de Wordperfect pour pouvoir changé la grosseur des Gros titres. Est-ce qu’il y aurait une façon de faire sans que je sois obligée de faire tout cela.

    Merci pour tout le beau travail que tu fais pour nous.

    • CindyBarillet
      Posted at 15:27h, 28 octobre Répondre

      Bonjour Mireille, je suis désolée je ne sais pas trop quoi te dire, mes articles ne sont pas faits pour être imprimés mais plutôt pour être consultés sur mon blog :-/ J’ai changé l’apparence de mon site il y a moins d’un mois, je ne sais pas si c’est cela mais je n’ai pas la possibilité de remettre les titres de l’ancienne 🙁

  • Monique
    Posted at 17:58h, 24 octobre Répondre

    Super, Cindy, ta vidéo sur la roue chromatique !!!
    J’apprécie beaucoup la clarté de ta présentation qui permet de bien comprendre la subtilité de tous les mélanges possibles…
    Les “résultats” sont magiques et donnent vraiment envie de se lancer dans ces gammes de couleurs à l’infini.

    Je ne vais pas sur les réseaux sociaux, mais j’ai toujours grand plaisir à découvrir tes “messages” hebdomadaires.

    Encore un grand merci pour toutes ces “découvertes”, Cindy, et bonne continuation à toi, qui sait trouver ces beaux sujets à nous faire partager.

    Avec toute ma sympathie.

    Monique.

    • CindyBarillet
      Posted at 15:25h, 28 octobre Répondre

      Bonjour Monique, merci pour tes très gentils encouragements ! Ils me touchent beaucoup 🙂

  • karine
    Posted at 17:54h, 24 octobre Répondre

    Bonsoir Cindy ta vidéo est très intéressante malgré que j’ ai déjà pas mal de couleurs, j’ utilise les godets winsor and newton et j’ aime aussi utiliser le rouge anglais et le sépia. Bonne soirée A bientôt !

    • CindyBarillet
      Posted at 15:23h, 28 octobre Répondre

      Hello Karine ! Haha le rouge anglais, il m’a tellement plu lorsque je débutais que j’en ai acheté un demi-godet alors que j’en avais déjà un (ma mémoire de poisson rouge et moi !)

Post A Comment